John Fox

BIOGRAPHIE

   Self-Portrait with Brushes , 1985.  Self-Portrait , 2002.  Self-Portrait , 1990s.

Self-Portrait with Brushes, 1985. Self-Portrait, 2002. Self-Portrait, 1990s.

Né à Montréal en 1927, John Fox a étudié à l’Université McGill puis s’est inscrit à l’École des beaux-arts de Montréal. Insatisfait de l’approche trop académique de l’École, il étudie à la School of Art and Design du Musée des beaux-arts de Montréal de 1946 à 1949 où il subit l’influence de Goodridge Roberts. Il travaille par la suite pour le critique-peintre John Lyman au département de l’art de McGill. En 1952, il reçoit une bourse du British Council pour étudier à l’École d’art Slade de l’Université de Londres, après quoi il passe deux ans à travailler de façon autonome à Florence et à Paris. Fox initie sa carrière de peintre à son retour à Montréal. Il enseigne au centre Saidye Bronfman vers la fin des années ’60 puis il devient professeur au département de peinture et de dessin de l’Université Concordia de 1970 à 1998, année de sa retraite. 

On distingue trois périodes dans l’œuvre de Fox. Tout d’abord, de la mi-décennie ’50 jusqu’au début des années ’70, ce sont des figures intimes, des scènes d’intérieur et des paysages. Au départ, en vertu de son interdépendance à la peinture et au dessin, son approche tient beaucoup plus de l’École de Paris que d’une sensibilité spécifiquement canadienne. À compter de 1972 et durant environ quinze ans, il rejette les limites imposées par la représentation pour produire de grandes œuvres abstraites associées au mode physique et sensuel de la peinture influencée par le non-figuratif européen et américain.

 

Durant cette même période, il produit un nombre de collages qui partagent avec les peintures sa préoccupation pour la couleur et la structure. En 1986, Fox revient à la figuration où les principes de l’abstraction sont représentés par le biais d’une réalité reconstruite de figures, de lieux et de choses. Ses thèmes figuratifs évoquent les incidents de la vie contemporaine plutôt que ses narratifs grandioses. Tout au long de sa carrière, il a constamment dessiné d'après modèle et ses œuvres sur papier comptent pour une part importante de sa production. Que ses images soient abstraites ou représentatives, Fox est surtout un coloriste pour qui la matérialité de la couleur et de la lumière semble une métaphore pour rendre objectives les sensations du sujet. 

John Fox a travaillé dans une variété de médiums – huile, acrylique, aquarelle, gouache, craie, graphite et fusain. Il a aussi produit des estampes, depuis des sérigraphies abstraites jusqu’à des eaux-fortes figuratives. En 1970, il a produit un nombre limité de sculptures en bronze. Fox a été membre du Groupe des peintres canadiens et il a aussi été membre associé de l’Académie royale des arts du Canada mais il en démissionne après moins d’un an en désaccord avec les attitudes conservatrices de l’Académie. Au milieu des années ’60, il reçut la commission d'une murale pour l’inauguration du Centre d’art de la confédération à Charlottetown. Résidant à Montréal depuis toujours, Fox a toutefois séjourné durant de longues périodes à Venise, en Italie, depuis le milieu des années ’70 jusqu’à son décès là-bas en 2008. 

John Fox, tout au long de sa carrière, a présenté de nombreuses expositions solo à Montréal, Toronto, Vancouver et Calgary et il a aussi participé à de nombreuses expositions collectives à travers le Canada et à l’international. On trouve de ses œuvres dans les grandes collections publiques, corporatives et privées tant au Canada qu’aux États-Unis et en Europe. 

Toutes les œuvres sur ce site web sont à vendre. Pour plus de renseignements, veuillez consulter la page de contact.